L'Aiguillon/ La Faute au XVII ème siècle.




A l'entrée de ce siècle, le territoire de l'Aiguillon appartient à Claude de la Tremoille , Prince de Talmont. Il va vendre la «  Baronnie de l'Aiguillon » à Nicolas Largentier ,sieur de Chapelaine et de Vaussemain, marquis de Belval, le 19 Mai 1602.


Bien que sous la tutelle du Prince de Talmont, les marais de la Tranche qui vont former la future pointe d'Arçay , appartiennent à l'Abbé de Talmont.


Sur le territoire de l'Aiguillon, Louis Fumée seigneur de Bourdelle, Vice -amiral de Guyenne, qui avait acquis auparavant la « Baronnie » avait entamé des travaux en 1594, pour la construction d'un fort et d'une tour fortifiée, face au port qui se situait à l'époque coté de la Raque entre la petite jetée actuelle et la Dive. ( prise des Bois).


Le premier village de l'Aiguillon va disparaître dans la mer. Il se situerait aujourdhui dans les claires de la Rade d'Amour. Un second village va se batir à proximité du nouveau fort.



L'ensemble de nos deux secteurs vont être en raison de leur proximité avec la Rochelle, le cadre de nouveaux combats suite à l'assassinat d'Henri IV en 1610.


L'abandon progressif de l'Edit de Nantes le 13 Avril 1598 va entrainer les Rochelais à organiser une « Assemblée »des églises réformées, assemblée qui sera jugée illicite par le roi Louis XIII le 13 Octobre 1620.

La Rochelle est qualifiée de « Province », « Capitale des réformés ».

Plusieurs grandes familles de noblesse de la région sont Huguenots. C'est la famille des Rohan avec le Duc de Rohan ( Frontenay Rohan, Rohan, le Sieur de Soubise de son vrai nom Benjamin de Rohan frère cadet du Duc, ( Soubise se situe sur la rivière Charente en aval de Rochefort).

Il y a aussi pour ce qui concerne notre territoire, Claude de la Tremoille , Prince de Talmont.

Les Rochelais possédent une flotte de Guerre très importante et cette flotte va entrainer la défaite de la Flotte Royale. La Rochelle est une épine dans la stratégie de Louis XIII.


En réponse Louis XIII va former l'armée d'Aunis et les combats vont reprendre dans un premier temps en Aunis et Saintonge ( Charente et Charente Maritime actuelle) pendant que s'installe un premier blocus de la Rochelle.

Le commandement de cette armée d'Aunis est confié au cousin du roi, Louis de Bourbon , Comte de Soissons.

« Pouvoir donné du Roy a Monseigneur le Comte de Soisson pour commander les Armées de sa Majesté en ses provinces de Saintonge, Aunis,Poitou, Brouage et pays circonvoisins »


Les informations qui vont suivre sont dans le «  Recueil des correspondances de Louis de Bourbon, Comte de Soissons ,L'armée d'Aunis devant la Rochelle. »


Soubise, chef Huguenot, « gouverneur,Chef et général de l'armée de Saintonge et Isles adjacentes » est défait en Saintonge. Il va s'installer en Bas poitou. Il est accompagné de Favas, gouverneur de l'Ile d'Oléron depuis novembre 1621 suite à sa prise par les « Messieurs de la Rochelle ».


«  le 14 Février 1621, il prit terre près de St Benoist dans la rivière du Jard ( de fait, il s'agit du Lay) avec trois mille fantassins et quatre cent chevaux. »

De là, il va rayonner vers Mareuil et les Sables d'Olonne dont il s'empare en Mars 1621. Il va ensuite remonter la côte vers le Pays de Riez.


Un fort sera mis en construction à l'embouchure de la rivière St Benoist ( le Lay).

Soubise cherche à trouver des points clés sur la côte pour abriter la flotte des rochelais.


Le 28 Juin 1621, le Maréchal de Praslain un des deux amiraux de l'armée de Louis XIII alors basé à Nantes va attaquer ce secteur et vaincra les combattants huguenots basés «  à la Poincte dela Faulte. » C'est la première mention connue de la Pointe de la Faute.


« Les troupes ennemies (calvinistes de Favas, LaNoue et Bessay) estant arrivées à Sainct Benoist travaillèrent à bastir un fort sur la poincte de la Faute à l'embouchure de la rivière du Lay qui tombe dans la mer. Les communes y furent employées ; à mesure que l'ouvrage croissait, les chefs ennemys firent entreprise sur les Sables-d'Olonne pour les piller et s'en rendre les maistres, afin que tout ployast sous leur authorité.

Monsieur le Mareschal de Praslin en ayant eu advis, vient promptement à Sainct Benoist, et y

arrive avec les siens la nuict du dimanche au lundi 28 de juin; il trouve les ennemys tellement

empressez à bastir qu'ils avoient pourtant les armes en la main; ce nonobstant il les attaque furieusement et emporte leur place ; n'ayant perdu qu'un des siens et tué plus de 150 des ennemys, et contraint les autres de s'enfuir, qui furent les uns pris, et les autres noyez pensant

se sauver sur les vasez, autres arrêtez et tuez par des mariniers Olonois en des chaluppes et

barques lèsquelles ils vouloient se rendre à la Rochelle.

Ainsi le pillage fut recoux, cinq drapeaux pris, leurs bagages et canons.

Les chefs ennemys en ayant eu le vent comme ils s'acheminoient vers les Sables-d'Olonne, se

sauvèrent et par leur fuitte s'exemptèrent de la fureur des armes du Roy, si que le malheur ne

tomba que sur Richardelet, commandant ceux de Sainct Benoist qui se retira en l'église d'Angle, proche du lieu susdict, qui luy refusa un azile asseuré pour ce qu'il avoit livré des

mousquetades contre le crucifix des églises voisines. »


REf :—La defaite des troupes de monsieur de Favas, La Nouë et Bessay, au bourg de S. Benoist en Bas Poitou, par messieurs les mareschal de Praslin, duc d'Elbeuf et comte de La Rochefoucauld. 

Archive de Vendée BR 135


Qu'en est-il du fort de l'Aiguillon ? Nous n'avons qu'une mention pour cette année 1621.


Fin 1621 seront signés des « brevets » en proposition d'une paix. Dans un de ces textes il se trouve un « engagement de sa majesté », qui déclare entre autre de « razez les forts construits aux environ de la Rochelle, mesme le fort de l'Esguillon. »


Après une légère accalmie les hostilités vont reprendre dès 1622. Louis XIII repart en campagne vers le Bas- Poitou.


Le blocus de la Rochelle va s'intensifier. Les travaux sont repris pour fortifier la Faulte, l'Esguillon, la Dive et à proximité plus immédiate de la Rochelle, le Fort Louis.( Quartier de Laleu actuel)


Le 27 Juin 1622 , il est proposé de « fortifier le Cap de l'Esguillon et mesme Chef de Baye pour servir de retraite aux galères de sa majesté. » ( Chef de Baye correspond au port de pèche de la Rochelle)


Le 5 et 6 Juillet 1622 , il est ordonné de stopper les travaux de l'Esguillon , la Faulte et la Dive pour concentrer les forces sur Fort Louis. «  j'ay fait expédier des deffenses à tous paysans et manœuvres d'y aller plus travailler, leur enjoignant au contraire de venir incontinant en ce lieu de Laleu pour estre emplyez audit fort »



Le 12 septembre 1622, la Dive est prise . Le renforcement du Fort de l'Esguillon est ordonné.



Les combats vont continuer jusqu'à la réddition de la Rochelle le 28 Octobre 1628.


Il y aura en particulier dans le Pertuis Breton la bataille navale devant l'ile de Ré, entre le Prince de Soubise et la flotte d’Henri de Montmorency, le 15 septembre 1625 .


Richelieu qui a été évêque de Luçon de 1606 à 1623 connait bien la région.


Il ménera par la suite le siège de la Rochelle.


En 1627, lors du blocus de l’Ile de Ré par les anglais, Richelieu réussit à faire ravitailler partiellement les assiégés par de petits navires partant du Plomb (Nieul Sur Mer), de la Faulte, de l’Esguillon, de la Tranche, qui traversent de nuit, chaque fois que les conditions le permettent.


Ref : recherche vendéenne. Batailles navales oubliées du siège de La Rochelle


Le Fort de la Faute est probablement tombé dans la mer. ( Anse de la Belle Henriette) celui de l'Aiguillon sera rasé en 1638 sur ordre de Richelieu.

Nous avons un plan du fort de l'Aiguillon daté de 1704. En 1760 un nouveau plan envisage de le réhabiliter, mais cela ne sera jamais mis en œuvre , le village ainsi que le fort seront détruits par la mer. Le troisième village de l'Aiguillon va s'installer à son emplacement actuel vers 1780.








Serge Barbereau le 10/02/2021