La Faute sur Mer se situe à l'emplacement de l'Ancien Golfe des Pictons.

 

Deux siècle avant Jésus Christ , l'ouverture de ce golfe se ferme avec la constitution d'une flèche de sable qui s'étendra du sud de Jard vers la pointe du Grouin. Puis une deuxième flèche va s'amorcer vers l'est en direction de ce qui deviendra la Grière pendant qu'une autre flèche va former l'Ile de l'Aiguillon .
Ce n'est qu'au début du XVII ème siècle que l'on vera apparaître une quatrième flèche de sable, la Poincte de la Faute future pointe d'Arçais.

Une cinquième flèche se formera au 19 ème siècle pour fermer l'anse de la Belle Henriette.

 

Pourtant le nom de la Faute apparaît au XVème siècle. (1462).

Sur nos territoires une grande source de richesse provient des marais salants. C'est dans un texte rappelant la création des marais salants de Ribandon ( St Michel en l'Herm) que nous trouvons en 1603 la mention de la Gueule de la Faute.

La Faute est un petit port. Il va être mentionné au moment des premiers combats du Pertuis breton entre la flotte royale et la flotte  protestante de la Rochelle appuyée par les Anglais de 1621 à 1628. Ces batailles déboucheront sur le siège de la Rochelle et sa réddition par Richelieu en 1628.

En 1621, dans un texte du Maréchal de Praslin nous pouvons lire la mention de la « Poincte de la Faute » et celle du début de la construction d'un fort à l'embouchure du Lay.

C'est dans un inventaire des pèches du XVIII ème siècle que nous vérrons apparaître pour la première fois la mention du Port Puant avec «  la pesche de mer des moules. »

 

Les « villages de la Faute ».

Dès 1756, la Faute est habité, Le Marquis de Dreux suggère d’établir une batterie sur la pointe de la Roche à la Faute, pour défendre l’embouchure du Lay. ( la pointe de la Roche se situerait aujourdhui au niveau du casino.)

 

Il y a alors deux sites d'habitations. Du coté des Rouillères et de ses relais qui appartiennent à la famille Lodre « Conseillé du roi et armateur des Sables d'Olonne ».

De l'autre, à la Pointe de la Roche, que l'on peut situer à l'époque au niveau actuel du Casino.

Une des filles de René Lodre se mariera à un Gaudin de la Baconnière et c'est leur fille qui se mariera à Loynes de la Marzelle.

C'est ainsi que Loynes de la Marzelle cédera une partie de ses terres ( les relais de la Faute) à Jean Chauveau. (1784) . Ce sont les Chauveau qui vont alors développer le village. Dans un premier temps le village sera aux « Vieilles Maisons » ( Camping des Viollettes avant de s'installer sur le site actuel en face de l'Aiguillon au « petit havre de la Faute ».

 

Ce n'est qu'en 1953, qu'un arrêté en date du 18 décembre érigera le hameau de la Faute en commune indépendante .

1920.jpg
1920centre.jpg