Mytiliculture.

 

La légende de Patrick Walton.

 

 

En 1235, lors d'un voyage commercial, un Irlandais et ses deux compagnons essuyant une violente tempête firent naufrage dans la baie de l'Aiguillon. Ses deux compagnons périrent. Lui réussit à joindre la côte à la pointe de l'Escale , près du port d'Esnandes, mais son bateau fut détruit. Pour subsister il se livra à la chasse et à la pêche. Pour cela il enfonçait des piquets dans la vase , le long desquels il tendait des filets pour capturer les oiseaux de mer pendant la pèche. Pour se déplacer dans la vase sans rique de s'enliser, il construisit un petit bateau à fond plat qu'il poussait d'un pied. Ce fut la naissance de l' »Acon ». Un jour, il remarqua que la base de ses piquets se couvrait de petites moules et que très vite elles prospéraient. A basse mer, il planta ses piquets en V , dont la pointe tronquée était tournée vers le large. Mais les tempêtes détruisaient souvent son dispositif. Il résolut de le consolider en réunissant les pieux par un clayonnage , un filet retenait le poisson à marée descendante.

Le premier bouchot était né.

 

Certe les « bouchots » ont existés au 13 ème siècle. Nous les voyons apparaître comme technique de pèche dans les différentes chartes des abbayes de notre région.

 

 

En 1835, les habitants d'Esnandes eurent à s'opposer à un banquier parisien, Mr Delamarre, qui envisageait la création d'une digue d'assèchement de terres agricoles. Le naturaliste Rochelais d'Orbigny prenant la défense  des mytiliculteurs d'Esnandes , entreprit de rédiger un mémoire destiné au gouvernement. Pour mieux convaincre de l'ancienneté de cette pèche et des solides traditions qui l'entourent, il aurait imaginé la légende de Walton.

 

 

1728. Port Puant. C'est la première mention connue du Port Puant. « … et que la seule pesche qu’on puisse regarder comme pesche de mer est celle de moules qu’on recueille de basses mers au Port Puant qui est à l’embouchure du Lay du coté de la Tranche…. » Ref : Pêches et pêcheurs du domaine maritime et des îles adjacentes de Saintonge, d'Aunis et du Poitou, au XVIIIe siècle

 

1962. Marcel Renaud , lance un élevage des huitres à la Rade d'Amour. Ce developpement des huitres s'était fait à son initiative coté l'Aiguillon  dès 1946. Il y avait 25 hectares de claires et 4 hectares de parcs.

Ses installations ont été vendues en 2004.

Cadastre Napoléonien 1845

port Puant.jpg
port Puant1.jpg
Rade d'Amour.jpg
Rade d'Amour1.JPG