Hypothèses sur le nom de La Faute :

 

 

Parmi les hypothèses existantes, la plupart mentionnent « Faulte » pour rupture de la côte. » « Ce qui manque »

Mais pourquoi à cet endroit. Il existe d’autres ruptures de côte, par exemple un peu au nord au niveau de Jard ou du Payré.

« Au vaste estuaire du Perray se trouvait l’entrée du port de Talmont.  Aux XIII ème et XIV ème siècles nous constatons peu de changements dans la baie de Talmont dont le port se maintient » Pavwlowski 1912.

De fait, il n'y a pas de rupture de côte pour nos ancêtres : Nous savons que plusieurs voies romaines permettaient de traverser le Lay aux environs de Mareuil. Plus tard cela deviendra la voie des Saulniers, principale route du commerce du sel. Caminus Salinum Jardi dans un titre de 1202.

C'est cette même voie qu'emprunterons les religieuses de Sainte Croix de Poitiers en 732 pour

fuir les Sarrazins avant la bataille de Poitiers en emportant les cendres de Sainte Radégonde vers Jard. Il est alors fait mention de St Hilaire de la Claye.

Nous trouvons dans les textes anciens : Deux « gulam » ,  « gulam de Doetis » qui correspond à l'Orbestier et « "ad gulam Jardi" » Le "Gulam de Jard" qui était l'embouchure de la rivière du Goulet de Saint-Vincent-sur-Jard. Cette rivière prolonge le ruisseau de l'Allière.

Dans les deux cas nous avons un « Gulam » d'un territoire Doetis et Jard.

Nous ne trouvons pas trace dans les différents cartulaires régionaux d’une mention Gulam de la Faulte.

Pourtant Nicolas Herpin en 1603 mentionne la gueule de la Faute …

Gulam, goule, gueule = embouchure.

Embouchure de Jard ; Embouchure de Doetis, Embouchure de la Faute.

 

Nous devons chercher d' autres hypothèses.

1.   Le mot Faute vient de fallere en latin (« faillir », « tromper ») ou bien culpam ( Culpabilité)

 On trouve une similitude d’emploi dans la région de Seine et Marne avec la ville de MONTEREAU-FAULT-YONNE. Située au confluent de la Seine et de son affluent, l’Yonne, c’est là que finit l’Yonne. Déjà le chanoine Poirier, historien de notre région, traduisait le mot Fault par une sentence traditionnelle : « le samedi fault la semaine », autrement dit : le samedi finit la semaine.

2.    Welsch Jules. Le marais poitevin. In: Annales de Géographie. 1916, t. 25, n°137. pp. 328-346.

Géologue. - Professeur à la Faculté des sciences de Poitiers, Vienne. - Membre non résidant du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Doyen de la faculté des sciences de Poitiers.

« J'ai donné aussi de nombreuses indications sur l'accroissement des deux pointes vers le Sud-Est, et sur le village actuel de la Faute, qui a conservé le nom d'un ancien domaine dont le siège était très éloigné de la pointe actuelle. »

 

Selon une sentence de 1462, la faulte se situe dans le secteur des marais d’Angles.

 

Des terres sont déjà cultivées au sud d'Angles au 11 ème siècle . Deux moulins en mer apparaissent au 13 ème siècle.

Le marais d’Angles a fait l’objet d’un litige en 1098 entre Sainte Croix de Talmond, les Chanoines d’Angles d’une part et de l’autre l’abbaye de Marmoutier et le prieuré de Fontaines.

En 1098, les marais d’Angles se situent à la jonction du Troussepoil et de la rivière St Benoist. Selon une carte reconstituée par Etienne Clouzot pour son livre « les marais de la Sèvre et du Lay du Xème à la fin du XVI ème siècle »publié en 1904, le Troussepoil se prolonge par l’Etier de Chaon qui sort au niveau actuel de la sortie du canal du milieu.

C’est ce secteur qui a été le sujet de fautes des seigneurs de Talmont. Nous trouvons les mentions de ce fait dans le cartulaire de Marmoutier.

  • Guillaume de Talmont fait don au prieuré de Fontaines des terres d’Angles sans préciser les limites.

  • Pepin II son neveu s’empare du marais d’Angles et fait don d’une part aux chanoines d’Angles.

  • Sur son lit de mort il fait don de ce marais aux religieux de Sainte Croix de Talmond.

  • L’abbaye de Marmoutier dont dépends le prieuré de Fontaines porte plainte devant Guillaume IX, duc d'Aquitaine, et VII comte de Poitou de ce nom.

  • Il soumet la décision du procès au Jugement de Dieu par le Duel.

  • Le duel se déroule à Moutiers avec « bâton et bouclier ».

  • L’issue du duel reconnais les fautes et Fontaines récupère les marais d’Angles au détriment de Sainte Croix de Talmond et des Chanoines d’Angles.

 

Ref : Cartulaire du Bas Poitou Paul Marchegay 1877. Président de la société d’émulation de la Vendée .

 

La Faulte pourrait-il venir du nom donné à ce marais suite à ce jugement de dieu ?